Symar Val d'Ariège

Bienvenue sur le site du SYMAR-Val d'Ariège

Symar Val d'Ariège

Préservons ensemble nos rivières !

Actualités

Juin 2020 - L'écopâturage de retour sur la commune de Bonnac (09)

02/06/2020
Juin 2020 - L'écopâturage de retour sur la commune de Bonnac (09)

L'écopâturage de retour à Bonnac (09)

2 juin 2020

Le contexte

La renouée asiatique est une espèce envahissante qui a été repérée le long des cours d'eau sur le territoire du SYMAR-Val d'Ariège. Pour éliminer ces espèce, une alternative aux méthodes mécaniques de débroussaillage est mise en place depuis quelques années : l'écopâturage*. Un troupeau de plusieurs chèvres rustiques* des Pyrénées, une race en conservation sur le Massif Pyrénéen, ainsi que des moutons sont utilisés pour réaliser ces travaux d'entretien de fin mars jusqu'à la fin septembre. Du fait de la période de confinement, l’écopatûrage débute à peine au mois de mai. Nous avons préalablement réalisé une fauche manuelle, en attendant le troupeau.

* Chèvres rustiques : chèvres qui vivent dans des conditions rustiques et qui mènent une vie en plein air intégral sans abri et avec un sol à valeurs nutritives faibles.

La Chèvre des Pyrénées

* L'ECOPÂTURAGE, KESAKO ?

L’écopastoralisme est une technique écologique d’entretien des espaces utilisant le pâturage d’animaux herbivores : c’est un moyen de limiter l’usage d’outils mécaniques et les nuisances sonores associées. L’écopâturage peut être complémentaire à l’entretien mécanique, ou même s’y substituer.

Le pastoralisme fait référence à une pratique ancestrale et à un mode d’exploitation agricole basé sur l’élevage extensif : les troupeaux de vaches, brebis et chèvres ont pendant longtemps contribué à dessiner les paysages et entretenu des prairies et alpages. Le pastoralisme a connu un déclin certain avec le développement des sociétés et l’arrivée d’une agriculture de plus en plus industrielle et mécanisée.

L’écopâturage connait un élan nouveau et cible désormais des zones souvent difficiles d’accès ou classées (Zone Naturelle Sensible, Parc Naturel Régional, Natura 2000…). Cette pratique est aujourd’hui utilisée dans le cadre de la gestion des espaces verts de manière durable : de petits troupeaux d’animaux rustiques sont constitués pour brouter certains espaces verts. L’écopastoralisme favorise la biodiversité en permettant à la flore de se développer et de se diversifier. En cela, cette pratique s’inscrit dans les préoccupations environnementales.

La problématique

Les renouées asiatiques sont des plantes vivaces qui envahissent les talus en bord de route, les terrains abandonnés, les zones alluviales et les rives des cours d'eau. Elles prolifèrent à vitesse record dans des milieux transformés par l'homme en développant des rhizomes - tiges souterraines - qui s'étendent sur plusieurs mètres et sécrètent des substances toxiques dans le sol. Elles sont un danger pour la biodiversité dans la mesure où elles éliminent toute végétation alentour.

Les renouées asiatiques regroupent plusieurs espèces. Trois en particulier sont présentes sur le périmètre du Bassin Versant de l’Ariège : la Renouée Sakhaline, la Renouée Hybride (de Bohème) et la Renouée du Japon.

Les renouées éliminent la diversité végétale et provoquent un déséquilibre certain sur les rivières et ruisseaux : érosion des berges, modification de la fertilité des sols, pollutions organiques des eaux à cause de la mauvaise décomposition des feuilles... Elles sont également difficiles à éradiquer car elles sont capables de réparer rapidement les tissus endommagés : les fauches, tout comme les crues, ont donc tendance à favoriser la dispersion de la plante car les tiges coupées se bouturent facilement.

L’expansion des renouées doit donc être empêchée : l'écopâturage est un moyen testé sur le territoire pour éliminer ces renouées.

En savoir plus sur les plantes envahissantes

Le périmètre d'intervention

Si les renouées asiatiques sont toxiques pour les plantes, ce n’est pas le cas pour les animaux : les Chèvres sont particulièrement friandes de ses feuilles. Le défeuillage progressif de la plante par les chèvres contribue à l'affaiblir jusqu'à son élimination.

Cette méthode, utilisée sur la commune de Bonnac (09), vise à limiter la prolifération de la renouée asiatique afin de rétablir une biodiversité le long des cours d'eau. Ce service est assuré par l’entreprise De Viviès Espaces Verts située à Escosse (09), à une dizaine de kilomètres de Bonnac.

Le troupeau est localisé principalement dans le parc public communal de Bonnac, un lieu accessible au public. Un second parc, situé sur un terrain privé, permet aux chèvres et au mouton de continuer à brouter d’autres masses de renouées lorsque le parc public est pâturé. Il est important de rappeler que les animaux ne doivent pas être nourris.

Secteur d’intervention à Bonnac :

Renouée avant pâturage (gauche) et après pâturage (droite) sur la Commune de Bonnac

La méthode de l’écopastoralisme est mise en place sur les berges de la rivière Ariège à Bonnac depuis 2017. Pour vérifier l’efficacité de l’action, un partenariat avec l’ANA – CEN Ariège (Conservatoire d’espaces naturels d’Ariège) a été mis en place sur le périmètre pour suivre l’évolution de la renouée en termes de surface. Ce suivi naturaliste comprend également le recensement de nouvelles espèces végétales et permet de déterminer de manière plus générale dans quelle mesure l’écopatûrage favorise la biodiversité sur les bords de rivière.